icon-don

RENCONTRE AVEC GAD ELMALEH

gad

Affaire GAD ELMALEH / Sketch Chinois

Rencontre Gad Elmaleh - Jeudi 26 Avril 2018 / De 11h à 13h20 / Quartier de Paris (Saint-Germain-des-Prés)

Interview:

GAD : "On m'insulte de raciste sur les réseaux sociaux. Et je ne sais réellement pas pourquoi on m'attaque autant dessus. Surtout la communauté asiatique, alors que je n'ai absolument rien contre cette communauté. En plus de 20 ans de carrière, ça se saurait si j'avais quelque chose contre cette communauté."

Asia 2.0 : "On vous attaque sur un court passage de 10 minutes sur votre sketch avec Kev Adams, concernant les chinois. 10 minutes qui sont très longues et qui nous semblent une overdose de blagues clichés sur les asiatiques."

GAD : "Ca vous paraît long 10 minutes? Je ne le voyais pas du tout comme ça."

Asia 2.0 : "Si on vous le dit, c'est que ça nous paraît comme long effectivement."

GAD : "Autant pour moi. Sachez d'avance que je ne suis pas là pour  m'excuser" - ça s'est déjà fait au TPMP - "mais pour comprendre les attaques à mon encontre, je suis très intéressé d'entendre ce que vous avez à me dire. Je souhaite comprendre d'où ça vient et pourquoi."

"Il m'a demandé au passage : "Avez-vous des alliés avec votre association qui vous posé des questions avant de me voir?"
Asia 2.0 : "Non, on a juste diffusé sur nos réseaux notre rencontre".

GAD : "Pourquoi est-ce qu'on ne m'a pas attaqué en 2016 quand le sketch est sortit, pourquoi seulement en 2018, et qui m'a attaqué le premier? Qui sont les autres?"
 

"Gad a eu des petites attaques sur le web datant de 2016, mais qui n'avaient pas autant d'impact qu'aujourd'hui. Selon mon opinion que j'ai partagé à Gad, les associations ont eu d'autres événements à traiter depuis 2015 avec les vols et agressions sur les asiatiques, et plus proche de sa sortie du sketch, de la mort de Zhang Chaolin. Il y avait plus urgent donc. Et en 2018, les associations sont de plus en plus entrain de contre-attaquer pour divers sujet, et que la rediffusion de son sketch cette année a relancée la polémique. Je lui ai expliqué la notion de "diffusion de responsabilité" dans les termes psychologiques comme je l'avais apprise en cours. Tout le monde se regarde le temps que quelqu'un réagisse au sketch, et une fois qu'une personne ou une assoc' a lancé le débat, il y a une marée d'indignées qui se font entendre. On a pas en connaissance le premier qui a lancé la polémique, mais ce n'est pas du tout important."
 

GAD : "Et pourquoi quand Bun Hay Mean fait un sketch dessus, personne ne le critique?"

Asia 2.0 : "Tout simplement car il parles de sa communauté, et touche à beaucoup plus de choses dont les asiatiques de France ou d'ailleurs peuvent s'identifier. Dans la vôtre comme dit auparavant, une overdose de clichés redondant."

GAD : "Vous êtes une association, pourquoi ne pas porter plainte contre moi? Et les autres aussi?"

Asia 2.0 : "Nous privilégions la discution et surtout la négociation, qui est une étape moins procédurière, que de toucher au domaine juridique. Et je pense que les autres associations en font de même, pour le moment."
Bonus : "Je vais vous répondre par une question au passage : pourquoi vous, vous n'avez pas porté plainte pour diffamation contre les associations sur internet?".

GAD : "Bien joué, je n'y ai absolument pas songé. Je comprend mieux pourquoi vous êtes pour la négociation plutôt que la sanction".

GAD : "C'est hallucinant comment les choses prennent cette tournure. Je ne m'attendais vraiment pas à cela, même avec mes 20 ans de carrière. Je suis un humoriste, et j'ai l'habitude de parler de tout et de rien. C'est pas la première fois qu'on m'attaque contre quelque chose qui ne va pas sur mon sketch. Je ne parle pas des haters ou des personnes qui n'aiment pas mon humour, mais pour ceux qui m'insultent de racistes ici dans notre rencontre
".

Il nous a cité des humoristes américains d'origine asiaitiques qu'il va rencontrer. Il va discuter avec eux pour voir si ça passe partout pareil, histoire aussi de s'instruire sur la culture générale asiatique.


"Je lui ai posé la question sur le Tweet de Louise Chen".
"Beaucoup d'internautes ont trouvé que votre confrontation avec Louise Chen, la djette franco-taïwannaise, était  malevenue. Pourquoi ne pas avoir privilégié la discussion?"

GAD : "Je me suis déjà excusé, et c'est vrai que j'aurai dû converser au lieu de tweeter de cette manière. Mais il faut savoir que 3 pages de magazines chez Les Inrocks où elle m'insulte de raciste, ça m'a fait mal. Mais en réponse je ne l'ai pas insulté, j'ai préféré faire dans le domaine de l'humour en postant mon tweet. Et ça n'a absolument rien à avoir avec ses origines ou les asiatiques, mais je contre-attaquais ce qu'elle disait sur moi."


Il a aussi ajouté qu'il n'a rien contre la communauté asiatique, et même malgré l'attaque qu'on lui porte, il trouve que les asiatiques étaient plus pacifiques que d'autres détracteurs qu'il avait concernant ses anciens sketchs.


[Brain Storming].


Les solutions proposées :

Option 1 :
Asia 2.0 : "Pouvez-vous retirer la vidéo d'internet?"
GAD : "Non je n'ai plus la main dessus. Je l'ai vendu sous contrat à M6. Donc ils diffuseront sûrement de nouveau la vidéo.
 

Option 2 :
Asia 2.0 : "Impossibilité de rejouer la scène donc."
GAD : "Non et si on pouvait le retravailler, je ne peux pas mettre point par point ce que vous me demandez. Je suis humoriste, donc mon travail doit venir de moi même." En gros, Gad ne peut pas nous laisser écrire un script pour lui, car ça va dénaturer le métier qu'il fait.
 

Option 3 :
Asia 2.0 : "Connaissez-vous ce qu'est la génération "banane"?"
GAD : "Non pas du tout, pas dans le sens où vous souhaitez amener le sujet."
Asia 2.0 : "Une banane est un individu d'origine asiatique, chinoise par exemple, mais qui se sent "français". La génération d'aujourd'hui, qui sont nés ici, sont nombreux à se sentir comme tel."

Il a noté cette définition, je lui ai fournit le nom d'un documentaire de 52 minutes à regarder : "Français d'ici, peuples d'ailleurs" de Bruno Ulmer. Qui explique bien cette notion, expérience partagée par les asiatiques.

Je lui ai proposé si futur sketch sur la communauté, d'inclure cette notion, car beaucoup oubli qu'ils existent. Il l'a bien comprit et a dit qu'il fera des recherches sur les "bananes".

Une proposition qui vient de lui et qui l'intéresse grandement : rencontrer et voir d'autres humoristes en France, afin de partager leurs expériences et idées sur le sujet des sketchs sur les asiatiques. En débattre afin d'en connaître un peu plus les moeurs, et savoir à quel moment on dépasse les limites sur scène. Qui a le droit d'exprimer quoi, et pourquoi. Un débat qui peut notamment se produire en public, à la radio par exemple.

 

Résumé : Aucunes excuses qu'il présentera de nouveau.
Sa dernière proposition est la seule chose qu'il pourra et voudra faire, en plus de vouloir rencontrer notre fondateur,. Il a dit être intéressé par notre association et tout ce que l'on fait.

Notes du vice président:

  • Gad constate qu'il n'a pas reçu de courrier en 2016 au moment de la diffusion du sketch.
  • Réaction sur l'article des Inrocks, il se sent piqué parce que accusé de racisme.
  • Que faire du Yellow Face de José Garcia ?
  • Des sketches de Didier Bourdon ?
  • Que dire de Max Boubil?
  • On doit amorcer un dialogue avec la génération banane.
  • Critères juridiques du problème : la durée de l'émission, le live, le trop plein et la redondance des propos.
  • L'effacement doit être demandé à M6.
  • Comment aborder le problème avec les autres humoristes ?
  • Bun Hay Mean est-il le seul à pouvoir rire des asiatiques ?
  • Voir les sketches de zao ben chan ?
  • Les humoristes sont hors politique. (j'y crois pas)

Activitées abordées :

  • Passeur d'images
  • Prévention de la récidive
  • Education aux médias

Notes du fondateur :

Cette malheureuse affaire m'a permis de mettre en évidence l'immaturité totale des asios-militants et leur incapacité à  adopter des stratégies durables à longs termes, la ou l'effort et la régularité devraient primer, beaucoup ont choisit les chemins de l'extrême gauche, reproduisant eux mêmes des mécanismes de haine et de violence répondant au coup par coup, se dressant contre l'état et ses institutions, et du même coup perdre toute légitimité et accès à un système juridique classique,  les obligeant à adopter des stratégies agressives et violentes comme seul moyen de défense et de communication, c'est sans doutes salvateur, et cela soulage sur l'instant, mais quelle image ils donnerons à la pérennité de nos communautés, passant de communautés "modèle" à l'ultra violence, et des procédés à la moralité douteuse, dès lors, quand on prétend se faire le porte parole de la justice et la moralité, car quand on combat le racisme, c'est avant tout ces valeurs aussi que l'on défend, on est en droit de se demander qui des deux est le plus moral, et on se  retire du même coup toute légitimité morale à juger, vu que l'on ne fait pas mieux.

Une association de lutte ne doit pas uniquement être dans la sanction juridique, mais aussi dans l'accompagnement quand il s'agit de maladresse , et tout acharnement  abstrait de toute compréhension et dialogue, n'est que l'expression  d'un sentiment de haine non maitrisée qui ne peut qu'amener vers des conflits permanents, nous vivons dans un monde ou la haine prédomine, si l'on peut éviter de raviver certains foyers, et bien une association comme la nôtre, doit aussi s'essayer à ces chemins plus vertueux, nous n'avons pas Marché Pour Mireille Knoll, pour ensuite crucifier au pilori, une des figures emblématique de leur communauté, nous vallons mieux que cela.
 

"On ne combat pas la haine par la haine, car la haine rend aveugle, et nous fait commettre les mêmes erreurs que notre pire ennemi."

André R. Fondateur Asia2.0.


Interview réalisée par Anita Kerthiga, Conseillère juridique Asia2.0


PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Tumblr
Reddit
FlipBoard
Skype
Delicious
WhatsApp
Mail

Publié le samedi 28 avril 2018

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER