icon-don

Aparté des anti-racistes : et vous, ça se passe comment, dans la vie privée ?


Rétrospective des mauvaises rencontres en 2017 #périlsurlejaune

Grande question ! Comment être anti-raciste et agréable dans la vie de tous les jours ? liberté d’expression, c’est le premier espoir qui nous porte, et on espère quand même avoir le droit d’échanger avec les personnes que l'on rencontre. On n’est pas là pour empêcher de parler, juste faire en sorte que le monde soit meilleur.
Ne vous inquiétez pas, quand vous êtes le maillon faible des jeux à boire où les têtes blondes se réjouissent à l’idée de vous voir par terre quand vous entrez dans la salle, on se dit que décidément, la France est bien généreuse de vous abreuver d'alcool. Enfin, à voir. Les petits clins d’oeil et les sous-entendus à 1h du matin et deux bouteilles de vodka sur la table, c’est quand même subtil. Les surnoms comme « Ting », ça ne vous touche pas, même quand on commence à parier sur la couleur du vomi.

La fête a quelque chose de bon, car tous les coups sont permis : le rosé, le blanc, le soft, le hard, et puis les débats d’idée une fois que le verre est sec, et qu’on se tâte pour l’after. Quand on a le rouge au nez et le sang encore à l’intérieur, on se sent intelligent. Alors on peut parler choses sérieuses : identité nationale avec un peu d’AOC à côté, comme ça, le vin de supermarché vous accompagne, abstraitement et concrètement.

Nous vous proposons plusieurs portraits : la jeune étudiante de prépa surdouée, mais ayant du mal avec l’autonomie intellectuelle, le militant raté qui passe d’anti-nucléaire à extrême droite sans s’inquiéter et le vieux barbon qui éternise sa scolarité à coups d’émissions radio bancales. Lequel vous plaît le plus ? Pour cette fin d'année, nous vous offrons les trois. Avouez quand même que quand on a plusieurs bouteilles en face, la première idée, c’est de toutes les ouvrir.

 

1 Jeunesse et croissance

La soirée est belle avec mes amis de fac, des gens rayonnants de gentillesse et de talent. On choisit ses amis, mais pas leurs amis. In vino veritas, la vérité est dans l’alcool, et dans l’ivresse. On aurait tort de critiquer l’éthanol : il nous pousse au-delà de nos limites, et parfois nous (les) révèle. Ce n’est pas à la morale de réprimer ces accès de sensibilité. Les jeunes âmes sont souvent la cibles des politiques de raison, qui s’arment pour éduquer à l’anti-racisme, ou à l’absence de racisme. Pourtant, ce serait dégradant de faire d’une lutte militante un discours réservé aux enfants. Ce sont les souffrances qui nous poussent à hausser le ton et à prendre la parole. Marteler l’absence de race est aussi insuffisant, car les différences de couleur et de culture existent toutes les deux, et le rapport à l’altérité doit toujours être envisagé. Si encore les écarts de richesse devaient exister au-delà des âges, une population homogène pourrait être inégalitaire. De plus l’esprit de concurrence demande des critères d’excellence pour désigner ses gagnants. Alors je dis et je répète à toute la jeunesse qui se fait croitre de toutes ses forces : sois indulgente envers toi-même. L’échec est un diplôme et ton corps n’en porte aucune trace, avant que tu ne te blesses.

 


2 L'aboutissement du couple fromage-sushi (hommage à Sony Chan)

A toi le militant, qui défendais corps et âmes de tes enfants, qui faisais preuve de la diversité par ton existence et qui te confonds dans la haine. Sais-tu ce que tu manques ? Oui, l’Asie est belle, mais tu ne l'as regardée que de derrière, et de loin. Tu t’es dit que ce pas était à ton rythme et que tu dirigerais la marche. Tant pis. As-tu regardé de près le visage de celle qui t’a dit oui ? Aujourd’hui, j’ai honte pour toi et tes enfants. Honte que la force et le dévouement soient gaspillés dans un flot d’accusations indigestes et absurdes, envers des personnes que tu ne connais pas, au profit de personnes que tu n’as pas comprises. Ton cas est particulièrement éclairant : tu ne parles pas notre langue, et pourtant l'Asie t'a offert quelque chose. Nous n’avons pas besoin de toi pour être fiers, et notre culture est bien plus généreuse que tu ne l’imagines. Notre diversité se passera de toi.

 


3 Murmure à la vieillesse

Cher aîné, cher ancien. Je remercie ton expérience et ta sagesse. Nous avons parlé seul à seul : au moins, tu n’as blessé personne. Mais résumons tes propos : le cosmopolitisme est une idée qui est propre aux sociétés développées, le libéralisme provoque l’uniformité des cultures, et pourtant, malgré tous les efforts en ce sens au cours des dernières décennies, le laxisme à l’encontre de personnes qui n’ont aucun respect pour les coutumes de ton pays ont détruit cet équilibre.
Cher aîné, cher ancien, je te réponds : que penses-tu donc des empires que le monde a portés ? n’étaient-ils pas multi-ethniques avant les Etats-Nations ? Que le multiculturel te rebute, c’est une chose, que tes coutumes te semblent intangibles, c’est une autre. Mais ne va pas rejeter trop vite les personnes qui malgré une couleur de peau différente, sont prêtes à épouser tes valeurs. Le libéralisme provoque une uniformisation ? tu peux l’interpréter comme cela, mais si chacun à droit à un éventail plus large de biens et services, je dirais que nous sommes égaux devant nos choix de consommation. Comme à un vote, pour lequel tu aurais sans doute préféré que le peuple soit unanime. Enfin, je finirai par te dire que tes désirs de puissance ne sont pas le propre d’un peuple. Que tes réflexes de bon père de famille prennent le dessus, c’est à ton honneur, mais sache que même des blancs (espagnols ou autres) rêvent d’indépendance et nous verrons si ton discours tient face à des personnes que tu considères comme tes égaux. à moins que tu ne souhaites au fond que l’Europe soit une force pour le monde. L'Europe c'est la diversité.


PARTAGEZ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Tumblr
Reddit
FlipBoard
Skype
Delicious
WhatsApp
Mail

Publié le mardi 26 décembre 2017

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER